Placement consensuel – placement sur décision judiciaire

Affido ConsensualeUn placement consensuel a lieu lorsque les parents du mineur approuvent le projet de placement et formalisent cette décision par la souscription d’un accord avec le service d’assistance sociale public ou privé qui s’occupe de leur cas.

Ce mineur, par exemple, peut se trouver en situation de risque ou de danger potentiel.

L’accord des parents est une ressource fondamentale dans cette typologie de placement, car leur coopération active autorise à prévoir un temps de séparation assez court, suivi par le retour de l’enfant au sein de sa famille d’origine. L’obtention de cet accord, néanmoins, n’a rien d’évident, mais est le produit d’une série d’échanges et de démarches fort délicates que les operateurs sont appelés à gérer avec la plus grande professionnalité, afin que ce scenario idéal puisse peu à peu devenir la norme.


Affido giudizialeLe placement sur décision judiciaire, par contre, est une mesure de tutelle qui s’active suite à la décision d’un magistrat saisi par les Services Sociaux. Ce dispositif concerne, dans la plupart des cas, des situations dans lesquelles les conditions de vie du mineur s’avèrent gravement compromises. Le juge peut alors décider d’éloigner l’enfant de son milieu familial contre l’avis des parents.

Là où le juge constate l’incapacité des parents à s’occuper convenablement de leur enfant, et donc à assurer son bien-être, une décision définitive à leur sujet peut être presque immédiate. Dans certains cas on juge opportun de réagir à un scenario de criticité extrême dans l’espoir que la décision du juge puisse elle-même contribuer à faire évoluer la situation dans le cadre plus général d’un processus dynamique.

 

Ces deux formes de placement (consensuel et sur décision judiciaire) peuvent succéder chronologiquement l’une à l’autre, soit dans un sens (de judiciaire à consensuel), soit dans l’autre, par exemple si l’implication active des parents s’avère irréalisable.